L’Institut national audiovisuel (INA) vient de jeter un éclairage cru sur la place de l’Afrique dans six grandes chaînes françaises dont trois publiques (France 2, France 3 et Arte) et trois privées (TF1, Canal+ et M6). L’étude réalisée par l’INA a été publiée ce dimanche.

AD Custom Keto Diet

L’Afrique minorée en quantité d’information

Au départ, il y a l’InaStat, baromètre statistique de l’Institut national de l’audiovisuel. Il a épluché les journaux télévisés de 2011 à 2019. Il révèle que la médiatisation du continent africain représente 5,4 % de l’offre globale d’information de TF1, France 2, France 3, Canal+, Arte et M6. C’est moins que l’Asie (12 %), mais plus que l’Amérique latine (2 %). Si tous les pays d’Afrique sont mentionnés au moins une fois (sauf Sao Tomé-et-Principe), plus de la moitié des citations se concentrent sur seulement 5 pays : l’Égypte, la Libye, le Mali, la Tunisie et l’Algérie. Au niveau des sujets, ceux qui sont mis en avant ont majoritairement trait à des conflits et autres questions à consonance négative.

Lire aussi Afrique : la guerre des contenus bat son plein dans l’audiovisuel

Le champion de l’info Afrique, c’est Arte

Damien Wanner, Marie Labory, Kady Adoum-Douass et Meline Freda sont présentateurs d’Arte Journal.
© Arte Journal

Sur ces neuf années, c’est France 2 qui a consacré le plus de sujets à l’Afrique, avec 3 312 sujets, devant Arte (3 169), TF1 (2 593), M6 (2 003), France 3 (1 995), et Canal+ (1 527). Si l’on rapporte ces chiffres à l’offre de chaque chaîne, c’est Arte qui est en tête, en ayant consacré 10,8 % de son JT au continent, devant Canal+ (7,4 %) et France 2 (5,1 %).

Lire aussi Médias : pourquoi l’Afrique est bénie pour Canal+

Côté personnalité, la palme de la médiatisation revient (en prises de parole au JT) à l’ex-chef d’État libyen Mouammar Kadhafi, entre 2009 et octobre 2011, date de son décès, suivi du président égyptien Abdel Fattah al-Sissi. L’INA remarque également l’absence de femmes parmi ces personnalités, comme l’ex-présidente de la Commission de l’Union africaine (2012-2017) la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma, qui n’a fait que 5 passages sur la décennie.

Lire aussi Médias – Fathia Elaouni sur les migrations : « Il faut casser les mythes »

Lire aussi Médias : l’Afrique n’a pas dit son dernier mot