Le gouvernement marocain ne reculera devant aucune décision dès lors qu’il s’agira de limiter le risque de propagation du nouveau coronavirus. C’est en tout cas ce qu’il convient de se dire depuis que, pour éviter un frémissement de deuxième vague de l’épidémie de Covid-19, les ministères de l’Intérieur et de la Santé ont annoncé des mesures de restriction de déplacements dimanche soir touchant huit villes, parmi lesquelles Marrakech et Tanger.

AD Custom Keto Diet

L’information ayant été donnée cinq heures avant sa prise d’effet dimanche à minuit (23h00 GMT), des personnes se sont ruées sur les routes et les gares. Conséquence : des embouteillages, des gares pleines de monde et même des accidents de la route si l’on en croit plusieurs médias locaux. La route de montagne menant de Marrakech à Ouarzazate restait encore bloquée lundi matin du fait de l’afflux de voitures, selon la même source. Dimanche soir, des foules de voyageurs se sont ruées vers la grande gare routière de Casablanca et lundi, la gare ferroviaire de Mohammedia restait bondée, a constaté l’AFP.

Les embouteillages se sont multipliés dans le royaume du fait de l’annonce de la décision de fermer huit villes marocaines représentant la moitié de la population du pays. 
© DR

Dans le sillage d’une « hausse considérable » des cas, la crainte d’une 2e vague

Il faut dire que la fermeture jusqu’à nouvel ordre de huit villes – interdiction d’entrée dans ces agglomérations et d’y sortir – qui réunissent plus de la moitié de la population du pays, a été décidée en raison de la « hausse considérable » des cas de contamination à quelques jours de l’Aïd al-Adha, la grande fête musulmane du sacrifice, prévue vendredi et traditionnellement marquée par des réunions familiales. Pour rappel, les villes concernées sont la capitale économique Casablanca, la capitale touristique Marrakech (sud), la métropole portuaire de Tanger, deuxième pôle économique du royaume, mais aussi Tetouan, Fès, Meknes, Berrechid et Settat.

Le coup est d’autant plus rude pour les marocains que les autorités marocaines avaient annoncé mi-juillet un nouvel allègement des mesures de confinement adoptée en mars, avec des dispositions pour encourager le tourisme intérieur et faciliter les déplacements pendant l’Aïd al-Adha, mais le weekend a été marqué par des records de contamination, avec 811 cas samedi et 633 dimanche.

Le nombre total des cas officiellement enregistrés dans le pays était dimanche soir de 20.278, dont 313 décès. Quelle raison officielle avancée par les autorités pour expliquer ces restrictions sévères ? Selon le communiqué officiel, « elles ont été prises au regard du non-respect par la majorité des citoyens des mesures de prévention telles que la distanciation sociale et le port du masque.