Le Tour de France est programmé pour fin août. Christophe Ena / AP

AD Custom Keto Diet

A l’arrêt depuis mi-mars, en raison de l’épidémie de coronavirus, le peloton cycliste professionnel pourrait renouer avec la compétition début août avec, pour entrée en matière, deux « classiques » ou « semi-classiques » italiennes – dont l’une en Toscane – qui ont lieu habituellement au printemps, et une première épreuve par étapes, en Pologne. Les coureurs pourraient ensuite goûter aux épreuves par étapes, dont le Tour de France à la fin de l’été, puis à une succession/alternance de courses d’un jour (en Belgique notamment) et de grands tours (Italie, Espagne) jusqu’à… début novembre.

Voilà le projet de calendrier d’une saison tronquée tel qu’il a été rebâti par l’Union cycliste internationale (UCI), et présenté mardi 5 mai. Pour tenir cet agenda, des épreuves vont se chevaucher, et certaines ont réduit un peu leur durée, comme le Critérium du Dauphiné ou encore le Tour d’Espagne dont les trois premières étapes, prévues aux Pays-Bas, ont été annulées.

Les principales dates de ce possible nouveau calendrier :

1er août Strade Bianche (Italie)

5 au 9 août Tour de Pologne (Pologne)

8 août Milan-San Remo (Italie)

12 au 16 août Critérium du Dauphiné (France)

20 au 23 août Championnats nationaux (sous réserve, selon les pays)

25 août Bretagne Classic Ouest-France (France)

29 août-20 septembre Tour de France

7 au 14 septembre Tirreno-Adriatico (Italie)

11 septembre Grand Prix cycliste de Québec (Canada)

13 septembre Grand Prix cycliste de Montréal (Canada)

20 au 27 septembre Championnats du monde

30 septembre Flèche wallonne (Belgique)

3 au 25 octobre Tour d’Italie

4 octobre Liège-Bastogne-Liège (Belgique)

10 octobre Amstel Gold Race (Pays-Bas)

11 octobre Gand-Wevelgem (Belgique)

14 octobre A travers la Flandre (Belgique)

18 octobre Tour des Flandres (Belgique)

20 octobre-8 novembre Tour d’Espagne

25 octobre Paris-Roubaix (France)

31 octobre Tour de Lombardie (Italie)

Dans l’attente du feu vert des autorités

Ce calendrier est toutefois encore théorique. Il reste en effet soumis, dans les différents pays concernés, aux autorisations que donneront les pouvoirs publics à l’organisation d’épreuves susceptibles d’attirer un large public.

« Ces dates, cruciales pour les parties prenantes, restent naturellement subordonnées à la levée, jusqu’à la fin de la saison, des restrictions instaurées par les autorités compétentes dans les territoires concernés s’agissant de l’organisation d’événements, a précisé l’UCI. Nous constatons une situation changeante, qui pourrait conduire à ajuster le calendrier pour tenir compte de l’évolution de la pandémie. »

En France, par exemple, à ce stade, les événements pouvant rassembler plus de 5 000 personnes sont interdits jusque fin août. Cela concerne notamment le Critérium du Dauphiné mais cela pourrait aussi affecter le Tour de France, qui pourrait être contraint à quelques aménagements.

« On s’adaptera comme on l’a déjà fait sur Paris-Nice », début mars (le huis clos avait été imposé au départ et à l’arrivée des étapes), a déclaré à l’AFP le directeur du Tour de France, Christian Prudhomme, qui est aussi le patron de la « Course au soleil ».

Lire aussi Le départ du Tour de France pourrait être contraint à des « aménagements »

A propos du Tour de France, le gouvernement entretient une sorte de chaud et froid. Invitée de l’émission « Tout le sport » sur France 3, lundi 4 mai, la ministre des sports, Roxana Maracineanu, a ainsi expliqué que « beaucoup d’acteurs [l]’appellent pour [la] supplier que le Tour de France ait lieu, et même à huis clos » et qu’elle « espère évidemment que le Tour aura lieu, pas à huis clos ».

« Mais je n’en suis aujourd’hui pas sûre », a déclaré la ministre, ajoutant : « C’est trop tôt pour se prononcer. On ne sait pas où en sera l’évolution de la pandémie au sortir du déconfinement. »

La semaine dernière, Mme Maracineanu, parlant du Tour de France et de Roland-Garros, avait assuré que ces deux compétitions « ne se tiendront que s’il y a autorisation d’avoir du public ».

Lire aussi Tour de France : préparation décalée et forme incertaine, l’édition 2020 rebat les cartes

Un groupe de travail pour définir le cadre sanitaire

En dévoilant son projet de nouveau calendrier, l’UCI n’a pas détaillé les conditions de sécurité sanitaire qui devront être mises en place à l’occasion de ces différentes courses. Celles-ci sont encore en cours d’élaboration.

La fédération a expliqué qu’« un groupe de pilotage, placé sous l’autorité du directeur médical de l’UCI, le professeur Xavier Bigard, incluant les représentants des coureurs, des équipes (et leurs médecins) et des organisateurs, aura pour mission de définir les conduites à tenir (distance sociale, gestes barrières et autres mesures), en particulier sur le plan sanitaire, lors de la reprise de la saison ».

Ce sujet de la sécurité sanitaire a déjà provoqué quelques crispations. Dave Brailsford, le manageur de la formation britannique Ineos ( qui a remporté 7 des 8 derniers Tours de France, sous son nom ou celui de Sky auparavant), a par exemple indiqué, le 17 avril au Guardian, à propos du Tour de France, qu’il se réserve « le droit de retirer l’équipe si nous le jugeons nécessaire ».

« Comme la course est annoncée, nous prévoyons de participer, mais nous surveillerons également l’évolution des choses, comme nous l’avons fait avant Paris-Nice. Il s’agit d’une approche sensée, responsable et raisonnée », a-t-il expliqué.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « A huis clos, ça ressemble plus à un entraînement qu’à un événement sportif »

La « Reine des classiques » devrait se décliner au féminin

Le 25 octobre, si la situation sanitaire le permet, il devrait y avoir deux Paris-Roubaix : pour la première fois, les femmes devraient disputer cette épreuve, empruntant une partie du parcours avant les hommes. La « Reine des classiques » rejoint ainsi plusieurs autres grandes courses d’un jour, notamment le Tour des Flandres (depuis 2004) et Liège-Bastogne-Liège (2017) qui ont déjà une déclinaison féminine. Les détails pratiques sur la course (lieu de départ, parcours précis) restent à définir. « Il y aura certains secteurs mythiques », a assuré Christian Prudhomme, le directeur du Tour de France qui, chez ASO, est aussi l’organisateur de Paris-Roubaix. Par ailleurs, la Course by le Tour aura lieu à Nice, le 29 août, en ouverture du Tour de France.

Le Monde