AD Custom Keto Diet

Publié le : 20/05/2020 – 19:35

Le ministre de la Santé Olivier Véran a estimé ce mercredi 20 mai que le gouvernement n’avait pas été « assez vite » et « assez fort » dans la réforme des hôpitaux ces dernières années, promettant des mesures d’ « ampleur » dans le cadre du « Ségur de la santé ».

Le gouvernement tirera « au plus tard à la mi-juillet » les conclusions du « Ségur de la santé », qui doit débuter le 25 mai, et sera coordonné par l’ancienne responsable de la CFDT Nicole Notat, a affirmé le ministre de la Santé. « Le 25 mai, j’engagerai une concertation avec les acteurs du système de santé pour qu’ils puissent partager leur vision du système de santé, ce qu’il faut améliorer, ce qu’il faut conserver », a détaillé Olivier Véran.

Notre méthode dans la refondation de notre système de santé qui vient, ce sera bien sûr l’écoute. Notre ambition sera d’apporter aux soignants une reconnaissance indispensable.

Olivier Véran, ministre de la Santé

Ce « Ségur de la santé », du nom de l’avenue où est implanté le ministère, a été annoncé vendredi par Emmanuel Macron, qui a dit vouloir « mettre fin » à la « paupérisation » des personnels soignants, assurant que l’Etat serait au « rendez-vous ». Selon le ministre cependant, les discussions ne seront pas limitées aux hôpitaux: elles intégreront la question du grand âge, les soins de ville et l’organisation du système de santé dans son ensemble.  

Hausse des salaires

Avec la loi « Ma santé 2022 », adoptée en 2019, « nous avons fait le bon diagnostic, nous avons pris les bonnes orientations. Mais nous n’avons été ni assez vite ni assez fort », a estimé Olivier Véran – comme Emmanuel Macron avant lui. « Cela passera par une hausse des salaires à l’hôpital et en Ehpad », a-t-il promis, en disant – sans toutefois avancer de chiffre – vouloir « mieux valoriser » les « carrières » des personnels soignants.

Le ministre a enfin confirmé la reprise d’un tiers de la dette des hôpitaux, soit un « effort de 13 milliards d’euros », promise l’an dernier. Elle sera accompagnée d’un « nouveau plan d’investissement » pour les établissements hospitaliers, a-t-il précisé. Un programme chargé, dans un calendrier serré et sous pression, avec plusieurs appels à la grève ou à la manifestation dans les prochains jours.

On ne veut pas de prime. Cela fait plusieurs années, et notamment ces derniers mois, que l’on dit que l’on veut des augmentations de salaire.

Aïcha Akoun, infirmière à l’hôpital Saint-Antoine à Paris réagit aux déclaration d’Olivier Véran

Dès jeudi, un rassemblement est prévu à 13h30 devant l’hôpital Robert-Debré à Paris. Le syndicat SUD-Santé des Hôpitaux de Paris (AP-HP) appelle à cesser le travail lundi et la CGT des Hôpitaux de Marseille (AP-HM) a déposé un préavis pour la journée de mardi. A Bordeaux, des rassemblements sont prévus devant deux sites du CHU les 26 et 28 mai, à l’appel des syndicats FO, CGT et SUD.

(Avec AFP)