Les spéculations sur son départ se multipliaient ces dernières semaines. Vendredi matin, le Premier ministre Édouard Philippe a présenté sa démission et celle de son gouvernement au président de la République, qui les a acceptées. « Un nouveau Premier ministre sera nommé dans les prochaines heures », a indiqué l’Élysée vendredi à l’Agence France-Presse. Au cours d’un entretien jeudi, « le président de la République et le Premier ministre ont établi un constat partagé quant à la nécessité d’un nouveau gouvernement pour incarner une nouvelle étape du quinquennat, un nouveau chemin », a expliqué l’Élysée.

AD Custom Keto Diet

Lire aussi Remaniement : le lent supplice d’Édouard Philippe

« Au cours de cet entretien chaleureux et amical, le président a remercié le Premier ministre pour le travail accompli ensemble depuis trois ans, en particulier les importantes réformes conduites pour la modernisation du pays et la préservation de notre modèle social », a ajouté la présidence. Elle a précisé que ce travail avait été « accompli en commun et en confiance, dans une parfaite loyauté ».

Lire aussi Philippe-Macron : dans les secrets de leur confinement

Après plus de trois ans en fonction, Édouard Philippe, réélu dimanche dernier maire du Havre, va donc quitter son poste de Premier ministre, a confirmé à l’Agence France-Presse une source au sein de l’exécutif. Dans la cour de Matignon, les préparatifs pour la passation de pouvoir entre Édouard Philippe et son successeur, dont le nom n’est pour l’heure pas connu, s’accéléraient dans la matinée et les membres de son équipe multipliaient les photos souvenir. Ancien conseiller d’Emmanuel Macron, Stéphane Séjourné a salué celui « qui a été un grand Premier ministre pour la France » et qui « reste un des piliers de notre majorité ».

Macron tourné vers « la reconstruction économique, sociale et environnementale »

Au cours d’un entretien jeudi, « le président de la République et le Premier ministre ont établi un constat partagé quant à la nécessité d’un nouveau gouvernement pour incarner une nouvelle étape du quinquennat, un nouveau chemin », a annoncé l’Élysée.

Lire aussi Cotta – Municipales : Édouard Philippe sauve LREM du naufrage

« La rentrée sera très dure, il faut nous y préparer. » Jeudi soir, Emmanuel Macron annonçait la couleur dans un entretien à la presse quotidienne régionale, en détaillant ses priorités pour « la reconstruction économique, sociale et environnementale » du pays. Dans cette interview, le chef de l’État dessinait les grandes lignes de sa stratégie pour les deux dernières années de son quinquennat, mais sans dévoiler avec quelle « nouvelle équipe » il entendait la mener.

Réélu au Havre

Si la place exacte d’Édouard Philippe dans l’équation reste pour l’heure inconnue, le Premier ministre peut se targuer d’une nette réélection dans son fief du Havre dimanche, avec 58,83 % des suffrages face au député communiste Jean-Paul Lecoq, soutenu par La France insoumise et le Parti socialiste. Malgré une abstention plus forte que lors de sa victoire en 2014 et un corps électoral plus réduit, Édouard Philippe a réussi à rallier quasiment le même nombre de voix qu’il y a six ans. En parallèle, ses baromètres de popularité paradent au beau fixe après trois mois de gestion de crise sanitaire.